dimanche 18 février 2018

Une Grande Boucle

Samedi  17 février 2018
Une Grande Boucle

BM 12h08, PM 17h36 coeff  90
NO 3 B
Cathy, Joël, Alain, Franck, Philippe,

Thierry, Roger, Hervé, Sylvain, Christian.

Aujourd’hui La météo s’annonce clémente, un peu différent des turbulences de ces dernières sorties!
Après avoir depuis un certain temps, navigué en bord de côte, nous profitons de ces conditions favorables pour, cette fois, faire un bord au large !
C’est basse mer pour l’embarquement, nous partons donc pour Bonne Source, bien que cette destination résonne toujours comme « ce sera comment au retour, l’arrivée de plage? »
Au moment du départ, nous croisons les Nantais venus s’entraîner en surfski.
Un peu de portage, un peu de vent et une mer peu agitée pour la mise à l’eau. Nous mettons cap sur Les Evens. C’est un bord un peu soutenu et un bac face au vent et au courant de marée. Nous effectuons ensuite le tour de l’île par l’ouest, où nous trouvons de belles déferlantes sur le plateau rocheux. Nous contournons cette zone, les rochers affleurant parfois la surface de l’eau rendant les surfs risqués !
Puis sur notre lancée, nous mettons cap sur Pierre Percée. Pour ce bord, nous prenons le large pour profiter du courant de marée. Une belle houle longue provoque également de belles déferlantes aux abords de cette île. Comme pour Les Evens, nous naviguons également en contournant largement.
Alain fera un appui salvateur sur l’une de ces déferlantes !
Nous filons maintenant à la côte, cap Pointe de la Lande. Enfin, pour le dernier bord, nous naviguons en bord de plage la marée étant montante.
L’eau à recouvert les rochers, et la houle y provoque de belles déferlantes qui parfois se forment loin de la côte. La crête des vagues est bien blanche sur cette zone. Comment sera l’arrivée ?
Nous nous présentons bien en face de la passe, pour débarquer un à un en choisissant le meilleur instant entre deux trains de vagues. C’est Cathy qui aura le pire moment, mais il n’y aura cette fois aucun bain !
9 nautiques de parcourus ! Belle reprise pour Roger notre Parisien.
Christian.


mardi 13 février 2018

On n’était pas beaucoup !

Samedi 10 février 2018

PM 14h02 coeff 37
SSO 4 B

Hervé, Thierry, Philippe, Christian.

Nous ne sommes pas nombreux au rendez-vous au club ! Nous choisissons Bonne-Source !
Le vent qui s’engouffre dans l’impasse St-Gabriel est très frais, la mer est formée. Les vagues à franchir pour sortir de la passe nous rafraichissent encore un peu ce n’est pas l’onglée, mais les manchons sont embarqués au cas où ! La cagoule et le casque sont portés pour plus de confort face au froid.
Nous nous dirigeons vers Pornichet et en passant par le port d’échouage. Philippe et Thierry continuent leur navigation vers la Baule, tandis que, Hervé et Christian tout en progressant dans la même direction, profitent de vagues de plage et réalisent quelques surfs. Pas trop de shore break, mais nous prenons de bonnes calottes d’eau fraiche sur les remontées de plage.
Un appel à la VHF, nous permet de nous regrouper entre l’avenue De Gaulle et le Casino de La Baule.
Puis c’est un retour au large avec une vague en latéral.
Thierry nous fait un joli rétablissement, puis c’est un dessalage au moment de répondre à l’appel d’Hervé. Ce sera donc un exercice de récup, puis nous repartons avec une bonne cadence pour se réchauffer.
Nous contournons le port en eau profonde par le large pour nous diriger vers Bonne-Source.
Nous sommes un peu secoués dans le ressac sur l’enrochement du port.
Malgré nos recommandations, Philippe, inquiet des vaques qu’il observe au large, navigue près de la zone rocheuse, puis tente de passer au plus près pour entrer dans la passe. D’abord très satisfait de ses appuis il finira par un bain, alors il échouera son bateau sur le plateau rocheux en attendant qu’on vienne le secourir.
Thierry, à, quand à lui, bien négocié son entrée dans la passe, hélas, il se relâche quand une dernière vague vient le retourner dans quelques centimètres d’eau !
Après le débarquement, nous partons, à pied sur les rochers, à la rencontre de Philippe.
Nous remettons son bateau à l’eau et Christian y réembarque pour le retour à la plage. Cette solution nous paraissant moins risquée qu’un portage sur les rochers.
Toujours un peu frais dans le courant d’air de l’impasse St-Gabriel où nous retrouvons nos vêtements secs et ou nous partageons quelques biscuits et boisson chaude.
Christian.

dimanche 4 février 2018

Villès – Pointe de La Lande

Samedi 3 février 2018

Villès – Pointe de La Lande

Cathy,
Alain, Hervé, Philippe, Thierry, Sylvain, Christian.

BM 13h11, PM 18h38 coeff 103
NO 4 Beaufort

Gros coefficient de marée, la météo semble plus clémente que ces dernières sorties. Un 4Beaufort avec un petit 5Beaufort prévu en fin d’après-midi s’orientant Nord Ouest.
Il n’y aura pas d’eau à l’embarquement.
Pour faire simple, nous nous rendons à la base nautique de Villès-Martin. C’est là que nous aurons le moins de portage pour l’embarquement en basse mer. Au vu de l’orientation des vents, nous serons protégés au moins jusqu’à la pointe de l’Eve.
La température de l’air est fraiche, la température de l’eau aussi, le ciel est dégagé. Nous nous couvrons cependant comme pour une sortie d’hiver, la mousse à l’intérieur du casque participe au confort face au froid, la cagoule restant à portée de main dans la poche du gilet au cas ou !
L’embarquement se fait sur une mer belle au sens échelle beaufort, car la Loire ayant charrié de nombreux éléments en suspension, elle est plutôt de couleur brune !
Le premier bord se fait dans l’anse de Bonne-Anse en restant au plus près de la côte pour éviter le courant de la marée montante et se tenir au mieux à l’abri du vent qui nous pousse au large.
Passée la pointe de l’Eve, la mer devient peu agitée, et le vent est plus sensible.
Nous effectuons un premier regroupement à l’abri avant de Franchir la pointe de Chémoulin.
Nous naviguons maintenant dans le ressac sur une mer achée, nous sommes également bien exposés au vent bien frais. Un deuxième regroupement pointe de La Lande pour ensuite monter au large tout en nous laissant dériver.
C’est maintenant un bord au portant avec vagues, vent et courant favorables !
Ce sont pour commencer d’agréables surf jusqu’à la pointe de l’Eve. Nous nous faisons rattraper par le groupe Océan Racing en surfski qui a choisi le même terrain de jeu. Malgré une bonne motivation pour enchainer les surfs, nous nous faisons rapidement doubler. Nous restons le plus longtemps possible en bord du chenal sur un fort courant dû à une forte marée.
Encore un peu de stratégie pour mettre cap à la côte le plus tard possible tout en anticipant la dérive pour ne pas doubler notre plage d’arrivée.
Les boissons chaudes, café, thé, tisanes sont les bien venues avant de regagner le club.
Christian.

mardi 30 janvier 2018

Des vagues à Pornichet

Samedi 27 Janvier 2018

Des vagues à Pornichet

PM 13h22 coeff 54
SSO 3 B rafales à 4

Hervé, Franck, Sylvain, Alain, Philippe, Thierry, Christian.

Une météo enfin calme, nous partons pour Bonne Source, le choix final de navigation se fera sur l’eau. Quelques uns d’entre nous sont attirés pour voir l’état des vagues à Pornichet. Nous avons assez d’eau pour passer à travers le port d’échouage. Arrivée face au Casino, l’essentiel des participants entament une session surf, tandis que Philippe et Thierry continuent leur navigation le long de la baie de La Baule, Ils iront jusqu’au niveau de l’avenue De Gaulle.
Alain les regardera s’en aller après son premier bain.
C’est une session sur des vagues assez longues sans le shore break habituel sur ce spot
Christian dessalera après qu’une vague lui fait sauter la jupe, et que la vague suivante remplit le bateau. A un autre moment, c’est le nez du kayak qui plante dans le sable, retournement et youppie esquimautage !
Sylvain s’amuse beaucoup avec son nouveau bateau, il aura aussi droit à un esquimautage.
Nous sommes sur la descendante, et le niveau des vagues diminue, nous filons à la rencontre de Philippe et Thierry. Ce voyage en bord de plage ne se fait pas sans guetter les vagues pour en surfer les plus belles.
Tout le monde est enfin regroupé. Philippe nous raconte avec fierté comment il a réalisé un bel appui sur une navigation trop près du bord, hélas, une deuxième vague plus petite à eu raison de lui pendant son relâchement après l’action, ….. dans 50 cm d’eau !
Le retour sera physique d’une seule traite et d’une bonne cadence en contournant le port en eau profonde.
Bien que ce soit un petit coefficient, la mer est bien descendue à notre arrivée, nous en sommes quittes pour un portage un peu long.
Le grain que nous voyons arriver nous a rattrapés au moment ou nous nous changeons.
Christian.

mardi 23 janvier 2018

Ça souffle, ça souffle !


Hervé, Franck, Christian.


C’est de la belle tempête dans la matinée, j’ai de gros doute de pouvoir aller sur l’eau l’après-midi !
Je vais quand-même au club, s’il n’est pas raisonnable de naviguer, il y a toujours quelques travaux d’entretien ou quelques discussions d’organisation pour l’association.
Hervé arrive en même temps que moi ! C’est une première tendance vers « on y va ! »
Peu de temps après, c’est Franck qui arrive, bon, je ne discute pas, « on y va ! »
Je choisi le Nuka, c’est le bateau qui a le moins de prise au vent, et celui qui me donne toutes les chances de réussite d’esquimautage en cas de dessalage. Hervé prends le Fury, et Franck, l’Xcape.
Les Vents sont à l’ouest avec une toute petite orientation nord, c’est marée basse. Nous choisissons de nous rendre à la plage de Porcé, notre expérience nous a montré que dans ces conditions nous pouvons être à l’abri pour l’embarquement.
Hé oui, nous sommes bien à l’abri sur cette plage! La visibilité est courte, mais la mer est plate, au moins pour le départ.
Cap à l’Ouest, les vents sont forts, et le coup de pagaie doit être énergique. Nous subissons la première montée de vent au passage de la pointe de l’Aiguillon puis nous trouvons une mer agitée après le passage de la pointe de l’Eve. Nous poursuivons, vers Chémoulin. Il faut rester en bord de côte pour diminuer l’effet de courant de la marée montante, et tenter de prendre moins de vent de face, tout en naviguant suffisamment éloigné pour ne pas se faire surprendre par une déferlante. Nous pouvons observer de belles vagues qui déferlent vers la côte, bien hautes et bien blanches en leur sommet !
Le physique mollit après avoir doublé la jetée de St-Marc, mais mes deux compères ne semblent pas faiblir. Pour ne pas perdre trop de terrain, je me concentre pour améliorer mon coup de pagaie et le rendre plus efficace. Tout en surveillant la formation des vagues, je scrute en permanence l’horizon pour ne perdre de vue mes coéquipiers. Parfois je me désole qu’ils ne m’attendent pas, tout en me disant que sans ces éléments moteurs, j’aurais peut-être déjà fait demi-tour.
Franck et Hervé atteignent la pointe de Chémoulin qu’ils ne franchiront pas, la mer est vraiment difficile avec vagues et ressac qui se contrarient. Il est même impossible de se mettre à l’abri comme souvent devant la plage de la petite vallée. Hervé et Franck rebroussent chemin, Hervé pensant que je ne serai pas contrarié de ne pas avoir atteint Chémoulin. Tout à fait Hervé !
Une fois rassemblés, nous remontons un peu plus au large pour un retour au surf. Les surfs ne sont pas tous faciles à prendre, le vent accrochant parfois l’arrière du bateau.
Une houle plus facile nous offre cependant quelques beaux surfs après avoir franchi la pointe de l’Eve. Nous rencontrons l’équipe d’Océan Racing en surf-sky effectuant des boucles entre Gavy et la pointe de l’Eve.
Nous terminons notre sortie par le tour du rocher de la Rougeole pour un moment plus calme.
La mer ayant monté, nous avons une vague de plage suffisamment grosse pour rester vigilants sur notre arrivée de plage.
Encore une belle sortie dans de belles conditions !
Christian.

mercredi 17 janvier 2018

Traversée de l’estuaire

Samedi 13 janvier 2018
PM 14h57 coeff 55
Vents SE 4B

Joël, Alain, Franck, Hervé, Sylvain, Christian.

Petit coefficient, et pleine mer en début d’après midi. Nous choisissons un départ de Villès-Martin pour ensuite traversée la l’estuaire en espérant trouver des vagues à St-Brévin.
Il fait bien froid au moment du changement de tenue. A l’embarquement, la mer est belle, une petite vague de bord est à considérer pour ne pas remplir les bateaux avant de juper
Nous traversons le chenal puis mettons cap sur Le Pointeau, mer facile, mais petit vent de face, un peu frais nous demande d’être bien actifs sur la pagaye. Nous sommes toujours sur la descendante, cependant, le débit de la Loire est supérieur à l’effet de marée, le courant nous fait dériver vers le large.
Face au pointeau, sur un banc de sable recouvert par la mer, les effets conjugés, de courant et de houle créent une zone de vagues sur lesquelles nous allons jouer !
Ces vagues sont presque statiques à cause du courant, et surtout croisées par l’effet de vagues tournant autour du haut fond créé par le banc de sable.
C’est un bon exercice pour les appuis, nous nous faisons parfois percuter par des vagues latéral pendant un surf qui s’avérait prometteur.
Nous apercevons autant les coques que les ponts pour les kayakistes entrés dans la zone.
Il faut noter un bain de Franck, après quelques tentatives d’esquimautage. Il réintègre son bateau et finit pas un re-entry an roll avec succès !  Ensuite, Hervé l’aide à sortir de la zone par un remorquage court.
Nous filons ensuite vers les grandes plages face au casino, beaucoup de promeneurs emmitouflés sur la plage, et quelques surfeurs.
Ici, les vagues sont très larges et se forment un peu au large pour déferler ensuite vers la plage.
Si la descente est fun, pour le retour au large le passage de la barre est impressionnant, il faut bien choisir le bon moment !
Nous reprenons notre navigation et mettons le cap sur le pointeau puis sur mindin afin d’anticiper la dérive au moment de la traversée.
Le premier amer sera le Building de St-Nazaire, pour arriver au Phare de Villès.
Traversée sur un bon rythme, en bac, avec vigilance au moment de la traversée du chenal, un cargo apparaissant au large à l’horizon.
Encore très frais au moment de retrouver nos tenues de ville.
Puis moment de convivialité autour du fondant au chocolat d’Alain.
Christian.

lundi 8 janvier 2018

La première est faite

Samedi 6 janvier 2018
La première est faite

BM 14h19, PM 19h41 coeff 85
Vents NNE 2 B

Cathy, Alain, Joël, Sylvain, Franck, Thierry, Hervé, Christian.

C’est la première de l’année, et la météo nous a gâtés, après les passages successifs des dernières tempêtes, il y a une accalmie avec même du soleil !
Nous naviguerons sur la montante, nous optons pour Bonne Source, et sans doute une boucle autour des îles.
La mer est au bout de la passe, nous sommes maintenant habitués à ce portage un peu long, mais sur le sable.
Nous mettons cap sur les Evens, peu de vent, peu de vagues, peu de houle, et un ciel dégagé. Nous nous sommes un peu éparpillés sur ce bord, le courant de marée ayant été plus ou moins anticipé ou subit par les uns et les autres. Après un premier rassemblement aux Evens, nous décidons de continuer vers l’ouest pour trouver des vagues à surfer sur les hauts fonds. Une houle longue nous offre ces vagues, mais nous sommes en basse mer, et des têtes de roches se découvrent sur les creux. Après quelques surfs, nous poursuivons toujours vers l’ouest pour arriver au niveau de la pointe de Penchateau. Encore une petite session de surf sur la belle houle.
Nous mettons ensuite cap au Nord vers la plage Benoit.
Et c’est là que nous jouons plus longtemps sur des vagues très larges qui nous portent longtemps pour des longs surfs. Il y aura beaucoup de fun et un bain de Sylvain et un bain de Joël.
Vient enfin le moment de rentrer, nous avons toute la baie de La Baule à traverser.
Nous doublons le port de Pornichet par le large, Et c’est une belle houle qui est présente quand nous arrivons à Bonne source. Les Rochers sont recouverts, et la mer est bien turbulente dans la passe.
Nous effectuons l’arrivée de plage les uns après les autres.
Christian se fait bousculer par une déferlante un peu plus grosse que les autres, même sensation qu’un coup de pied au derrière ! Ce sera un dessalage dans le « gros ».
Pas de panique, ne pas perdre la pagaie, prendre le temps de bien se positionner, et …. déclencher.
Youpie, c’est un esquimautage réussi ! Encore une ou deux vagues à négocier et c’est l’arrivée à la plage.
Christian.